Etude sur l’autodiagnostic de la gestion de crise

Le 6 janvier 2013 dans Gestion de crise

AutodiagnosticNous avons installé depuis février 2012 sur le blog Gescrise, un outil d’autodiagnostic de la gestion de crise au sein des organisations.

Cet outil permet d’évaluer le niveau de préparation face aux crises potentielles, au travers de quatre éléments fondamentaux :

– La capacité des acteurs impliqués à faire face à une situation de crise.

– La culture de crise.

– L’organisation.

– La stratégie de gestion d’une crise.

En ce début de janvier 2013, nous avons analysé les réponses sur l’année 2012 des 378 participants.

Le profil des participants :

– Origine géographique : France (85%), le restant est d’origines diverses (Par ordre décroissant : Canada, Suisse, Maroc, Tunisie, Royaume-Uni, Algérie, Belgique, …).

–  70% sont des professionnels qui occupent des fonctions dirigeantes ou supports (Principalement : Communication, ressources humaines, finance).

– 10% sont en charge de la sécurité, de la gestion des risques, crise ou continuité d’activité au sein de leur organisation.

Sur l’ensemble des réponses :

  • > L’organisation possédant un bon niveau culturel et d’une structure de gestion de crise institutionnalisé semble minoritaire. (Environ 5%).
  • > Celle qui est défaillante sur les 4 domaines, listés au début de l’article, l’est également (Environ 5%).

Dans la grande majorité des réponses (environ 90%), nous pouvons distinguer 3 types d’organisation :

  • > L’organisation basée sur un système dangereusement réactif (environ 45%).
    • – Il y a bien une culture de crise, qui semble indiquer des efforts préventifs, d’individus au poste clé de l’organisation, en revanche ces organisations n’ont toujours pas élaboré ou formalisé d’organisation de gestion de crise.
    • – Puisque rien n’est formellement institutionnalisé, elles semblent donc penser que seule  la réaction « sur le vif » est possible, quelque soit les situations.

 

  • > L’organisation responsable mais inactive (environ 30%)
    • – Il existe bien une volonté de mieux gérer les crises, mais rien n’a été entrepris au niveau culturel et structurel.
    • – On semble s’en remettre au destin pour s’épargner la gestion de situations de crise.

 

  • > L’organisation  basée sur un système dangereusement trompeur. (environ 25%).
    • – Il existe bien des documents, une organisation instituée, voire parfois un équipement dédiée à la gestion de crise.
    • – En revanche, la capacité et la culture semblent plutôt défaillantes, au regard des efforts déployés au niveau structurel.

 

Merci et meilleurs vœux aux 5.837 lecteurs venus sur notre blog en 2012.

 

Pour un diagnostic de votre situation ou une assistance plus approfondie, nous vous proposons une offre découverte.

Il suffit de nous contacter pour convenir d’un rendez-vous en remplissant le formulaire à l’adresse suivante : https://sms.emoveo.fr/offre-emoveo-decouverte/

 

 

 

Par Jean-Marc Sépio

Articles suggérés

Les technologies clés de la Sécurité en 2020

L’étude prospective Technologies Clés 2020 conduite par le ministère de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique…

Lire la suite de l'article

World Space Risk Forum : La préparation des succès de demain

L’évènement s’est tenu il y a un an déjà à DUBAI, mais il me paraissait…

Lire la suite de l'article

Le risque de rupture de la supply chain

  En 2012 les économistes s’accordaient à dire que les quatre principaux risques globaux provenaient…

Lire la suite de l'article

Les métiers d’emoveo

s’engager pour le succès de nos clients

Les missions que nous entreprenons sont marquées par la coopération : nous travaillons de concert avec nos clients, pour garantir le sur-mesure, le pragmatisme et le transfert de compétence.

Découvrir les métiers d’emoveo